Home arrow BBOP arrow la version francaise
la version franšaise PDF Print E-mail

L’étude BBOP


L’étude BBOP a pour but de rechercher les interactions entre les gènes d’un enfant, son environnement et son mode de vie pour aider à prévoir les résultats de l’arthrite juvénile, comme l’atteinte des articulations et la détérioration de la qualité de vie.


L’arthrite juvénile est une des maladies invalidantes chroniques de l’enfant les plus fréquentes. Lorsqu’on ne connaît pas la cause exacte de l’arthrite juvénile, on l’appelle « arthrite juvénile idiopathique » (idiopathique signifie de cause inconnue). À l’aide de cette étude, nous entendons démontrer que les interactions entre les gènes, l’environnement et le mode de vie de l’enfant au début de la maladie peuvent aider à prévoir les conséquences de l’arthrite juvénile idiopathique comme l’atteinte des articulations et la détérioration de la qualité de vie. Notre étude vise les trois principaux objectifs suivants:


1. Examiner les effets du stress sur les taux des protéines inflammatoires ainsi que les résultats de l’arthrite.

2. Déterminer si la survenue d’infections aura des effets défavorables sur les résultats de l’arthrite, parce que les infections aggravent l’inflammation, surtout chez des personnes ayant certains gènes.

3. Vérifier si l’alimentation, l’activité physique, l’exposition au soleil, l’exposition à la fumée du tabac et un trauma physique peuvent  aider à prévoir l’atteinte des os et du cartilage dans les articulations.


Nous pensons que les gènes pourraient jouer un rôle dans l’arthrite juvénile idiopathique parce que les protéines qui participent à la formation des os et à la destruction du tissu osseux sont réglées par les gènes. Nous croyons que nous réussirons à prévoir les résultats de l’AJI en étudiant divers aspects de l’environnement interne et externe du patient (stress, infections, activité physique, exposition au soleil, alimentation, trauma et exposition à des substances toxiques comme la fumée de tabac) ainsi que les gènes qui règlent les taux des protéines inflammatoires. Si nous réussissons à prévoir les résultats de la maladie avec une plus grande exactitude, nous pourrons améliorer les soins aux patients.

  

À l’intention des parents et des tuteurs

À l’intention des enfants